.

Présentation

Il serait dommage de venir sur l’île de La Réunion sans se laisser emporter par le savoureux et alléchant parfum de la vanille. Unique orchidée comestible, qui donne à de nombreux mets sucrés ou salés un goût irremplaçable.

L’île de La Réunion fut le berceau du développement de la vanille dans les années 1850, mais aujourd'hui cette tradition a malheureusement tendance à disparaître.

Maurice ROULOF, vivant à Saint-André, plante et récolte la vanille de l’île de La Réunion depuis l'âge de vingt-deux ans. Avec son père, il perpétue une tradition qui existe depuis plus de quatre générations (la famille ROULOF cultive la vanille depuis plus de 100 ans).

 

La Réunion, berceau de la vanille

Les dates marquantes de l'introduction de la vanille sur l'île de La Réunion :

  • 26 juin 1819 : Pierre Bernard MILIUS, Gouverneur de l'île décide d'introduire de nouvelles espèces de plantes, pour cela il organise des expéditions dans le monde entier. Le commandant PHILIBERT, à la tête de l'une de ses expéditions, ramène de Guyane les premières boutures de vanille.
  • 6 mai 1820 : Le commandant PHILIBERT de retour d'une nouvelle expédition présente au gouverneur d'autres boutures de vanille provenant de Manille.
  • 25 septembre 1822 : Monsieur MARCHAND, ordonnateur de Bourbon, ramène du Muséum de Paris des boutures de vanille du Mexique. C'est cette même variété qui sera exploitée par David De Floris, le principal planteur de vanille à Saint-André au XIXème siècle.

 

La découverte des procédés sur l'île de La Réunion marquera l'histoire de la culture de la vanille dans le monde :

  • En 1841, c'est Edmond ALBIUS, un jeune esclave créole de Sainte-Suzanne, qui découvrira le procédé le plus fiable et pratique pour la fécondation des fleurs de vanille. Ce procédé est actuellement utilisé dans le monde entier.
  • En 1851, c’est un notaire de Saint-André, Monsieur Ernest LOUPY qui découvrira le procédé de préparation des gousses de vanilles.